Flambée des prix des loyers au Québec : Voici les secteurs qui ont le plus augmenté

La location d'un studio coûte 951$ par mois en moyenne dans toute la province.

Éditrice junior, Narcity Québec
Logement à louer au Québec.​

Logement à louer au Québec.

L'inflation fait jaser au Québec et a des répercussions sur le prix de l'essence, de l'épicerie, mais aussi sur le marché immobilier. Le Regroupement des comités logements et associations de locataires du Québec (RCLALQ) a dévoilé ce 26 juin son enquête annuelle sur le coût des logements : « Sans loi ni toit : enquête sur le marché incontrôlé des loyers ». Cette étude dresse le portrait des secteurs les plus touchés par l'augmentation dans la province.

Pour ce faire, ce sont plus de 51 000 annonces de logements à louer qui ont été récoltées sur le site Kijiji entre février et mai 2022. L'étude révèle que la flambée du prix des loyers serait en train de s'accélérer partout au Québec.

Entre 2021 et 2022, le coût de location d'un logement a bondi de 9 % dans toute la province, pour toutes sortes d'habitation. En moyenne, il faut débourser 950 $ pour louer un studio au Québec.

Montréal et Québec ne sont pas les secteurs où les écarts sont les plus significatifs d'une année à l'autre. Des hausses importantes ont été enregistrées en périphérie de la métropole, notamment sur la Rive-Nord de Montréal (20%), Mirabel, Oka, et Pointe-Calumet (environ 24%).

La zone composée des villes de Beauharnois et La Prairie enregistre aussi une élévation considérable : les logements coûtent en moyenne 1 481 $, ce qui représente 17 % de plus qu'en 2021.

Ce sont les villes de Saint-Hyacinthe (22,9 %), de Drummondville (23,8 %), de Sherbrooke (26,5%), de Victoriaville (27,2 %), de Joliette (27,6 %), Trois-Rivières (29,9 %) et de Valleyfield (34,5 %) qui sont les plus impactées par l’augmentation annuelle, mais c'est dans la ville de Granby (54,5%) où la hausse est la plus significative. Le prix d'un loyer moyen s'établit à 1 213 $, toutes tailles confondues.

« Ce qui nous inquiète avec ces données, c'est que des régions où les loyers étaient demeurés relativement accessibles sont maintenant très fortement touchées par des hausses importantes », déplore Marjolaine Deneault, porte-parole du RCLALQ.

« Ce qui est d'autant plus inquiétant, c'est que les locataires de ces régions doivent en plus composer avec une forte pénurie de logements. S'ils se retrouvent sans toit pour une raison ou une autre, ils risquent de devoir se résigner à louer un logement insalubre ou trop petit », a-t-elle poursuivi.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

La photo de couverture est utilisée à titre indicatif seulement.

Plus de Narcity

Commentaires 💬

Notre section commentaire est un espace qui promouvoit l’expression personnelle, la liberté d’expression et la positivité. Nous encourageons discussions et débats, mais nos pages se doivent de rester des endroits sécuritaires où tout le monde se sent à l’aise et dans un environnement respectueux.

Pour rendre cela possible, nous surveillons les commentaires pour garder nos pages libres de spam, de discours haineux, de violence et de vulgarité. Les commentaires sont modérés en fonction de nos Règles de communauté.

Veuillez noter que les opinions exprimées dans la section commentaire d’un article ne reflètent pas les positions de Narcity Media. Narcity Media se réserve le droit de retirer des commentaires, de bannir ou de suspendre des utilisateur trices sans avertissement, ou de fermer la section commentaire d’un article à tout moment.

Prénoms et noms apparaîtront avec chaque commentaire et l’utilisation de pseudonymes est interdit. En commentant, vous reconnaissez que Narcity Media détient les droits d’utilisation et de distribution du contenu présent sur nos propriétés.

Loading...