Tribunal spécialisé en violence sexuelle au Québec : Voici ce que ça implique précisément

Un nouveau processus moins traumatisant pour les victimes.

Tribunal spécialisé en violence sexuelle au Québec : ce que ça implique

À la suite des vagues de dénonciations et d'une recommandation en ce sens en février 2021, le gouvernement du Québec vient de décider de créer un tribunal spécialisé en matière de violences sexuelles et de violence conjugale. Son but? Redonner confiance aux personnes victimes en le système de justice.

Le ministre de la Justice, Simon-Jolin-Barrette, a présenté les grandes lignes du rapport de 49 pages ce jeudi 19 août, ajoutant qu'un projet de loi sera déposé cet automne à l'Assemblée nationale.

Qu'est-ce qui va changer au tribunal?

Au micro du 98,5 FM, le ministre Jolin-Barrette s'est mouillé en affirmant que « la justice doit se moderniser » et qu'il doit y avoir « un changement de culture » pour que « le processus judiciaire des victimes se fasse le mieux possible ».

À court terme, des projets-pilotes seront implantés dans quelques régions du Québec, avant d'être déployés à la grandeur de la province où chaque cas de violences sexuelles et de violence conjugale devra être traité.

Simon Jolin-Barrette affirme que ce tribunal ne sera pas que physique au sein d'une bâtisse, comme un palais de justice, « mais un continuum de services proposés à partir du dépôt de la plainte de la victime à la police, jusqu'à la condamnation ou l'acquittement de l'accusé ».

Des installations physiques et adaptées seront à la portée du tribunal spécialisé, comme des salles d'attente différentes et uniques « pour être certaines que [les victimes] ne vont jamais croiser leur agresseur », a affirmé la députée de Joliette, Véronique Hivon, qui se dit ravie que le gouvernement ait suivi les recommandations du comité d'expert.es qui se sont penché sur le sujet dans le cadre de la commission Rebâtir la confiance.

« Ça veut dire que c'est systématique que la possibilité de témoigner derrière un paravent, en visioconférence [soit offerte] s'il le faut pour ne pas être dans la même salle que l'accusé », a-t-elle ajouté.

Quels seront les changements pour les victimes?

Côté changement du système juridique, Mme Hivon explique que les victimes seront accompagné.es dès le dépôt de leur plainte à la police.

« On va l'accompagner pour lui dire ce à quoi elle peut s'attendre, lui fournir des services psychosociaux et juridiques pour lui expliquer le système criminel et ce que ça implique [et] faire le tour avec elle pour être sur qu'elle sache l'importance de chaque étape [judiciaire] et qu'elle en connaisse la teneur », mentionne-t-elle au micro de Paul Arcand.

Simon Jolin-Barrette précise que ce sera le ou la même procureur.euse du début à la fin pour chaque victime, « pour [ne] pas qu'[elle] ait à raconter à chaque fois son histoire », autant en matière de violence sexuelle que conjugale.

« Il faut lui garantir que son expérience ne la "retraumatisera" pas », dit-il.

Des acteur.trices spécialisé.es et formé.es sur l'impact des traumatismes vécus seront également à la disposition des victimes d'actes criminels du genre, autant chez les policier.ères, les juges que les procureurs.

Selon le rapport, il n'existe que « peu d'expérience de tribunaux spécialisés » à travers le monde et celui-ci s'est basé sur deux modèles existants, soit celui de la Nouvelle-Zélande et de l'Afrique du Sud.

On rappelle à toute personne victime de violence conjugale et/ou sexuelle ou connaissant une personne en détresse que plusieurs ressources existent, comme SOS violence conjugale (1 800 363-9010) et le Centre pour les victimes d'agression sexuelle de Montréal (CVASM), qui couvre tout le Québec, disponible 24/24 7 jours semaine au 1 888 933-9007.

À noter que l'écriture inclusive est utilisée pour la rédaction de nos articles. Pour en apprendre plus sur le sujet, tu peux consulter la page de l'OQLF.

Sarahmée rend hommage à son frère Karim Ouellet

« Karim aura laissé sa marque dans nos cœurs pour toujours... »

L'auteur-compositeur-interprète Karim Ouellet a été retrouvé mort à Québec le 17 janvier à l'âge de 37 ans. Son décès a créé une onde de choc dans le vedettariat québécois et plusieurs lui ont rendu hommage sur les réseaux sociaux à l'annonce de la triste nouvelle. Sa soeur, la rappeuse Sarahmée, a aussi partagé quelques mots touchants au sujet de la tragédie sur ses réseaux sociaux.

Sur Facebook et Instagram le 18 janvier, celle-ci a émis un message de sa part ainsi que de celle de ses parents pour faire honneur à la mémoire de Karim.

Continuer à lire Show less

L'actrice Anne Casabonne sera candidate pour le Parti conservateur du Québec

« Nos droits fondamentaux sont en train d’être troqués pour des privilèges ».

Anne Casabonne, qu'on a pu voir dans La Galère, District 31 et Unité 9, se lance en politique sous les couleurs du Parti conservateur du Québec pour l'élection partielle dans la circonscription de Marie-Victorin. La comédienne a donné les grandes lignes de son engagement politique en conférence de presse avec Éric Duhaime, ce 17 janvier.

C’est en consultant la liste de ses nouveaux.elles membres que le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, a vu apparaitre le nom d’Anne Casabonne.

Continuer à lire Show less

Le gouvernement du Québec a annoncé que le passeport vaccinal sera exigé dans les magasins à grande surface (1500 m² et plus) dès le 24 janvier prochain. Sauf qu'un tweet envoyé par Walmart Canada semble avoir été envoyé un peu trop vite et ça a créé la confusion.

Un peu après l'annonce sur les magasins en conférence de presse à 15h, ce 13 janvier, Walmart a écrit que le passeport vaccinal n'était pas requis pour magasiner chez eux.

Continuer à lire Show less

Le Dr Horacio Arruda a démissionné ce 10 janvier 2022 en adressant une lettre au premier ministre. Le lendemain, François Legault a présenté à la population le nouveau directeur national de la santé publique par intérim au Québec, Luc Boileau, en conférence de presse.

« Je me permettrai au point de départ de remercier le premier ministre et le ministre de la Santé pour la confiance qu'ils me donnent en m'invitant à assumer cette responsabilité qui est très importante et surtout en plus de le faire en relais avec la contribution remarquable du Dr Arruda que je connais et pour lequel j'ai beaucoup d'admiration », a indiqué le Dr Boileau pour se présenter.

Continuer à lire Show less